Passe ton macho-bac d’abord!

GIDEFEMLes écrivaines doivent apparaître enfin dans les programmes de littérature. Depuis que la pétition – qui a dépassé le millier de signatures- a relancé ce débat, on entend plusieurs arguments pour justifier l’absence des femmes dans les programmes de littérature de terminale. J’aimerais y répondre.

1er argument macho: On ne détermine pas les auteurs du programme en fonction de leur sexe, mais uniquement au regard de la qualité littéraire de leurs textes.

Eh bien justement! Cela devrait vous apparaître d’autant plus horrible de n’avoir pas sélectionné une femme depuis si longtemps (combien de temps d’ailleurs, on ne le sait même plus…) Je suis persuadée qu’en haut lieu personne n’a jamais voulu affirmer que les écrivaines étaient moins intéressantes que les écrivains, mais dans les faits, ce qui s’est produit revient au même que si l’oubli des femmes était intentionnel. C’est d’ailleurs presque pire: une négligence rampante, sournoise… Cette absence se fait en catimini et pérennise un modèle culturel du passé, avec lequel il est de notre devoir de rompre. Pourquoi ces choix? Parce qu’il y aurait toujours une bonne raison de faire connaître aux lycéennes Les Mémoires du Général de Gaulle plutôt que les Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir? Pascal Quignard plutôt que Marguerite Yourcenar? Yves Bonnefoy plutôt que qu’Annie Ernaux? Philippe Jacottet plutôt que Marguerite Duras? Celui qui gagne est…toujours un homme!  (Mais depuis plus de 15 ans, c’est juste une coïncidence, on vous l’assure, hein….)

2ème argument macho: En littérature, il est normal qu’il y ait plus d’hommes, car on fait étudier plus d’auteurs du passé que d’auteurs du présent, et autrefois, les femmes écrivaient moins.

Faux! Cet argument ne tient pas une seconde! En terminale littéraire, c’est justement une tradition, à ce niveau, d’étudier des auteurs vivants, ou des auteurs du XXème siècle très régulièrement. Pour ma part, j’ai toujours étudié avec gourmandise les auteurs contemporains proposés: Queneau, Quignard, Beckett…Il n’est pas question ici de contester leur intérêt, mais de faire attention à ne pas enterrer le génie féminin.  Quid de Nathalie Sarraute? De Colette?  Sans compter nos auteurEs vivantes, et si vivantes: Hélène Cixous, Marie N’Diaye, Lydie Salvayre, Nicole Caligaris, Virginie Despentes, Chloé Delaume, Emmanuelle Pireyre, et beaucoup d’autres encore?  Et puis les écrivaines du passé existent aussi. Qui peut rester insensible aux tourments de Louise Labé? Qui peut nier la beauté de la Princesse de Clèves? ETC, etc…

3ème argument macho: Il n’y a qu’un auteur du programme qui change chaque année, cela serait donc trop fastidieux d’établir une règle de parité entre hommes et femmes.

Mais…. Le problème était le même quand il y avait 4 auteurs au programme! Et il ne s’agit pas pour l’instant d’adopter une règle de parité (encore que, c’est à voir…): nous souhaitons voir casser d’urgence cette malédiction littéraire qui frappe les femmes. Combien d’années devrons-nous attendre gentiment ce moment où enfin, une femme sera au programme? Au bout de toutes ces années d’enseignement, j’ai l’impression pénible que je serai peut-être morte avant. 80% de mes collègues profs de lettres sont des femmes, j’ai des classes de terminale littéraire dans lesquelles il est courant de ne voir qu’un ou deux garçons au milieu d’un effectif essentiellement féminin. Et puis, accessoirement, je suis la maman de 3 filles. Je pense à elles: mes collègues, mes élèves, mes filles. Symboliquement, l’institution devrait leur signifier clairement que leur place n’est pas seulement celle d’étudier et d’admirer les artistes hommes mais aussi de DEVENIR des artistes elles mêmes. Sinon, le monde ne changera jamais.

Ceux qui élaborent les programmes ont une lourde responsabilité: ils devraient regarder plus loin que l’année en cours et jeter un œil dans le rétroviseur. Le programme qui s’écrit chaque année, strate après strate, forme un message symbolique de domination culturelle masculine qu’ils envoient, mine de rien, à toutes ces filles de terminale L depuis des lustres, et à leurs profs. Plusieurs auteurs contemporains hommes et femmes ont déjà réagi vivement sur les réseaux sociaux à notre appel à la réflexion sur les programmes. Notre constat relève du bon sens,et il n’est pas nouveau: Ariane, une lycéenne indignée, avait déjà créé une pétition il y a deux ans, le journal Libération avait publié un article engagé l’an passé à ce sujet, etc… Des efforts ont été faits dans les nouveaux programmes de collège, avec en sixième la mention “héros et héroïnes de l’Antiquité”, qui montre bien qu’on porte une attention particulière à la part du Féminin dans la culture. Pourquoi ne pas faire le même genre d’effort en terminale? Non seulement le fait d’exprimer une réaction assez révoltée me semble légitime; mais j’aurais honte de me taire et de laisser tomber au compte-gouttes dans le grand vase des programmes un homme de plus, ce pauvre André Gide, alors que le récipient institutionnel déborde de testostérone depuis longtemps, sans rien essayer de faire.

Si vous aussi vous voulez réagir, signez la pétition. 

 

9 thoughts on “Passe ton macho-bac d’abord!

  1. Bravo. Il est inadmissible d’ignorer l’apport littéraire des femmes depuis des siècles. Christine de Pisan était fortement reconnue jusqu’en Angleterre à son époque, Colette, Madame de Stael, en plus de celles que vous avez nommées.

  2. En littérature comme dans tous les domaines, les femmes sont invisibles.. J’ai voulu lutter en proposant à l’un de mes éditeurs, qui me demandait de rédiger une histoire des philosophes, d’insérer pour chaque philosophe, un encart sur les femmes philosophes oubliées.
    La proposition a été acceptée et j’ai dû mener des travaux de recherche. Mais lors de la parution tous ces encarts sur les femmes ont été supprimés sans même que j’en sois avertie. . C’était en 2014 !.
    Voila pourquoi j’ai écrit un livre sur les femmes travesties en hommes. En luttant contre cette invisibilité des femmes nous allons susciter des vocations et travailler à l’égalité.

    • Merci pour ce témoignage! C’est tout de même étonnant d’en être encore là !

  3. Ou comment dévoiler une partie des quesitons du Bac… action totalement illégale. Vous auriez pu faire une simple suggestion a l’academie de votre région au lieu de tenter d’obtenir une heure de gloire. Mias non, il a fallu que vous rendiez la chose publique. Votre action aussi stupide que ridicule, que vous vous êtes bien abstenu de faire jusqu’a maintenant ne mérite qu’une chose: LA REVOCATION PURE ET SIMPLE. Comme ça vous pourrez creer tous les sujets qui vous convienne, vous devriez avoir HONTE !

    • Bonjour, non je n’ai rien fait d’illégal, je parle du programme des auteurs à étudier en terminale littéraire et non des questions de l’examen. Même Mme la Ministre est d’accord avec moi. Et peu importe qui signale le problème, l’important est que quelqu’un le fasse, moi ou tout autre citoyen. Je tiens à signaler la blogueuse Diglee qui l’avait fait l’an passé, la lycéenne Arianne qui avait signalé le problème il y a deux ans. Je pense que vous m’avez mal comprise.

  4. Evidemment qu’il faut que les auteurs (je n’aime pas féminiser les noms, je trouve cela très laid) femmes soient étudiées autant que les auteurs hommes.
    Mais attention de ne pas exagérer les choses.
    Ma fille a passé son bac L en 2012, et au programme il me semble me souvenir qu’il y avait Nathalie Sarraute et Louise Labbée, qui il me semble sont bien des femmes.
    Alors, peut-être qu’il faut que cela soit plus régulier, mais je crois que les programmes sont préparés par des professionnels, dont des professeurs, qui ne doivent pas tous être des hommes.
    De plus, pourquoi ne parler que du bac L, les autres bacs ont-ils le droit d’être machistes?
    Surtout qu’en L, il y a majoritairement des filles, qui n’ont sans doute pas besoin de leçon de féminisme, alors que dans les séries scientifiques, ce sont beaucoup de garçons, qui pourraient en apprendre beaucoup des auteurs féminines.
    Ce n’est que mon avis de femme et de mère de 2 filles (une littéraire et une scientifique!!!)

    • Merci pour votre commentaire. Je ne parle que du programme de terminale L, en littérature, où ce sont des auteurs désignés par l’inspection générale qui sont étudiés chaque année. Même le ministère a convenu du manque d’attention qui a en effet été à l’origine de l’oubli des femmes dans ces programmes depuis toutes ces années. En première, c’est différent: les auteur(e)s étudié(e)s sont laissé(e)s au libre choix des enseignant(e)s, et heureusement, certaines écrivaines sont étudiées , même s’il n’existe aucune injonction pour que cela soit forcément le cas. Je suis d’accord avec vous pour souligner le fait que le problème n’est pas circonscrit aux élèves de L, et qu’il s’agit d’un souci plus vaste, qui concerne les programmes de toutes les matières, de toutes les classes et les examens en général.

  5. Bonjour,

    Votre blog est passionnant, votre réflexion si utile !!

    Votre propos rejoint le notre, après deux ans de travail nous venons de mettre en ligne le webdocumentaire L’ECOLE DU GENRE (ecoledugenre.com), nous espérons avoir créé un nouvel outil pour étudier (et déconstruire) les stéréotypes de genre qui nourrissent les inégalités hommes-femmes.

    J’espère que vous vous l’aimerez, que vous pourrez le partager. Nous avons également une page facebook.

    A très bientôt

    marie agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *