Désolés… Nous ne sommes pas Céline Alvarez, nous ne sommes QUE des profs…

cloud-1140502_960_720On avait pourtant le choix de notre carrière. Il y aurait bien eu cette solution: passer trois ans dans l’éducation nationale, et devenir Jésus… je veux dire Céline Alvarez… C’est à dire faire des miracles, (imposer nos mains montessoriennes afin que tous les enfants deviennent Einsten à la sortie du berceau) puis rapidement devenir Martyre – crucifiée par l’éducation nationale- avant la résurrection médiatique sous la forme d’un livre qu’on multiplie comme les petits pains.

Mais non. Nous, on a préféré un truc moins glamour, moins paillettes, moins papier glacé, et moins mystique. Au lieu de devenir Jésus-des-écoles, ou Céline Alvarez, on a voulu devenir enseignants.

C’est à dire qu’on est depuis des lustres (23 ans pour moi) les mains dans le cambouis pédagogique en banlieue populaire ou ailleurs dans un trou de campagne, à essayer des trucs, à monter des projets. Oui, parfois ça marche, parfois ça fonctionne moins. On participe à des groupes de recherches, on part sur les pistes de Célestin Freinet, voire de Maria Montessori, on organise des forums d’enseignants innovants, on met en place des classes sans notes, on participe à des formations, on devient même formatrice soi-même, ou bien on expérimente les classes inversées, que sais-je encore. Parfois on expérimente moins et on essaie juste de faire de son mieux. On n’a pas LA recette miracle, c’est vrai.

Je dois dire qu’au départ je n’avais pas du tout envie de me moquer de Céline Alvarez. J’adore, au contraire, quand à la rentrée, des collègues publient des livres: enfin on voit des profs dans les médias!… Et quelqu’un qui fait l’éloge des pédagogies actives, de la bienveillance, c’est génial! Oui, il faut promouvoir ces pédagogies. Oui il faut croire aux potentiels des enfants, mélanger les niveaux quand c’est possible. Ecouter les chercheurs. Je suis à 100% d’accord. Que Céline Alvarez diffuse ses techniques sur son blog, et que cela se popularise en maternelle, mais c’est absolument formidable!

Ce qui a commencé à m’énerver, en fait, ce sont les gros titres des journaux qui portaient surtout sur le fait que l’éducation nationale l’avait chassée comme une malpropre et que le système refusait ce genre de propositions pédagogiques. Pourtant d’un autre côté, elle disait que de toute façon, elle n’avait jamais voulu être enseignante. Alors en définitive, a-t-elle été chassée, ou bien son départ était-il planifié? Il faudrait un peu de cohérence… Les commentaires en bas des articles, il faut les lire… Ils sont plutôt de ce genre: « enfin une prof qui fait des miracles et évidemment personne ne veut l’entendre, bien sûr, car l’éducation nationale est pourrie »..

Finalement, dans les titres des journaux, le message n’était pas avant tout fondé sur la promotion de ces systèmes de pédagogie active qui me sont si sympathiques, mais bien plutôt accentué sur le dénigrement sans nuance de l’existant.

Pourtant, heureusement, nous ne sommes pas toutes des Céline Alvarez: heureusement, nous n’abandonnons pas le navire, et nous restons à bord pour tenir le cap -vogue-la-galère- même quand notre matériel est pourri, même quand tout ne va pas comme on le souhaite exactement.

Le problème, c’est qu’en affichant cette volonté d’emblée de ne pas vouloir être enseignante, mais juste de faire trois petits tours dans le système et de repartir, il y a une posture implicite qui semble sous-entendre une forme de mépris vis à vis des autres profs: elle est « au-dessus » de toute façon, -être instit n’est pas assez bien- elle ne vient là que pour nous révéler la Vérité (de la part du Dieu des écoles) car nous errons tous, depuis des millénaires, dans l’Erreur.  Le reste de l’éducation nationale serait plongée dans les ténèbres des Abysses pédagogiques les plus profondes, allergique au moindre rayon de lumière didactique qu’elle nous apporterait enfin pour nous sauver.

Non, enseigner, ce n’est pas faire des miracles, ni vendre des promesses de miracles aux parents. C’est accompagner au long cours des enfants tels qu’ils sont, le plus loin possible. C’est affronter à leurs côtés des conditions matérielles qui n’ont souvent rien d’idéal pour faire le pari d’apprendre des choses ensemble. Et peut-être d’ailleurs le réel problème ne vient-il pas de Céline Alvarez elle-même, mais de la façon dont les médias se sont emparés d’elle. Je suis convaincue qu’on n’arrangera jamais les choses en détestant encore plus notre école et nos profs. N’avançons pas contre le système, pour le pulvériser, mais avec lui, pour l’améliorer, tous ensemble, de l’intérieur. Et nos élèves progresseront.

 

 

Post-scriptum: Je ne voulais pas faire d’article au départ, car en écrivant sur le sujet on l’alimente, et puis forcément, tous ceux qui ne sont pas d’accord avec Céline Alvarez ne sont que des aigris, des méchants, des envieux, ces profs pourris qu’elle pourfend… (Mais, trop tard, l’article est sorti tout seul quand même!)