Passe ton macho-bac d’abord!

GIDEFEMLes écrivaines doivent apparaître enfin dans les programmes de littérature. Depuis que la pétition – qui a dépassé le millier de signatures- a relancé ce débat, on entend plusieurs arguments pour justifier l’absence des femmes dans les programmes de littérature de terminale. J’aimerais y répondre.

1er argument macho: On ne détermine pas les auteurs du programme en fonction de leur sexe, mais uniquement au regard de la qualité littéraire de leurs textes.

Eh bien justement! Cela devrait vous apparaître d’autant plus horrible de n’avoir pas sélectionné une femme depuis si longtemps (combien de temps d’ailleurs, on ne le sait même plus…) Je suis persuadée qu’en haut lieu personne n’a jamais voulu affirmer que les écrivaines étaient moins intéressantes que les écrivains, mais dans les faits, ce qui s’est produit revient au même que si l’oubli des femmes était intentionnel. C’est d’ailleurs presque pire: une négligence rampante, sournoise… Cette absence se fait en catimini et pérennise un modèle culturel du passé, avec lequel il est de notre devoir de rompre. Pourquoi ces choix? Parce qu’il y aurait toujours une bonne raison de faire connaître aux lycéennes Les Mémoires du Général de Gaulle plutôt que les Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir? Pascal Quignard plutôt que Marguerite Yourcenar? Yves Bonnefoy plutôt que qu’Annie Ernaux? Philippe Jacottet plutôt que Marguerite Duras? Celui qui gagne est…toujours un homme!  (Mais depuis plus de 15 ans, c’est juste une coïncidence, on vous l’assure, hein….)

2ème argument macho: En littérature, il est normal qu’il y ait plus d’hommes, car on fait étudier plus d’auteurs du passé que d’auteurs du présent, et autrefois, les femmes écrivaient moins.

Faux! Cet argument ne tient pas une seconde! En terminale littéraire, c’est justement une tradition, à ce niveau, d’étudier des auteurs vivants, ou des auteurs du XXème siècle très régulièrement. Pour ma part, j’ai toujours étudié avec gourmandise les auteurs contemporains proposés: Queneau, Quignard, Beckett…Il n’est pas question ici de contester leur intérêt, mais de faire attention à ne pas enterrer le génie féminin.  Quid de Nathalie Sarraute? De Colette?  Sans compter nos auteurEs vivantes, et si vivantes: Hélène Cixous, Marie N’Diaye, Lydie Salvayre, Nicole Caligaris, Virginie Despentes, Chloé Delaume, Emmanuelle Pireyre, et beaucoup d’autres encore?  Et puis les écrivaines du passé existent aussi. Qui peut rester insensible aux tourments de Louise Labé? Qui peut nier la beauté de la Princesse de Clèves? ETC, etc…

3ème argument macho: Il n’y a qu’un auteur du programme qui change chaque année, cela serait donc trop fastidieux d’établir une règle de parité entre hommes et femmes.

Mais…. Le problème était le même quand il y avait 4 auteurs au programme! Et il ne s’agit pas pour l’instant d’adopter une règle de parité (encore que, c’est à voir…): nous souhaitons voir casser d’urgence cette malédiction littéraire qui frappe les femmes. Combien d’années devrons-nous attendre gentiment ce moment où enfin, une femme sera au programme? Au bout de toutes ces années d’enseignement, j’ai l’impression pénible que je serai peut-être morte avant. 80% de mes collègues profs de lettres sont des femmes, j’ai des classes de terminale littéraire dans lesquelles il est courant de ne voir qu’un ou deux garçons au milieu d’un effectif essentiellement féminin. Et puis, accessoirement, je suis la maman de 3 filles. Je pense à elles: mes collègues, mes élèves, mes filles. Symboliquement, l’institution devrait leur signifier clairement que leur place n’est pas seulement celle d’étudier et d’admirer les artistes hommes mais aussi de DEVENIR des artistes elles mêmes. Sinon, le monde ne changera jamais.

Ceux qui élaborent les programmes ont une lourde responsabilité: ils devraient regarder plus loin que l’année en cours et jeter un œil dans le rétroviseur. Le programme qui s’écrit chaque année, strate après strate, forme un message symbolique de domination culturelle masculine qu’ils envoient, mine de rien, à toutes ces filles de terminale L depuis des lustres, et à leurs profs. Plusieurs auteurs contemporains hommes et femmes ont déjà réagi vivement sur les réseaux sociaux à notre appel à la réflexion sur les programmes. Notre constat relève du bon sens,et il n’est pas nouveau: Ariane, une lycéenne indignée, avait déjà créé une pétition il y a deux ans, le journal Libération avait publié un article engagé l’an passé à ce sujet, etc… Des efforts ont été faits dans les nouveaux programmes de collège, avec en sixième la mention “héros et héroïnes de l’Antiquité”, qui montre bien qu’on porte une attention particulière à la part du Féminin dans la culture. Pourquoi ne pas faire le même genre d’effort en terminale? Non seulement le fait d’exprimer une réaction assez révoltée me semble légitime; mais j’aurais honte de me taire et de laisser tomber au compte-gouttes dans le grand vase des programmes un homme de plus, ce pauvre André Gide, alors que le récipient institutionnel déborde de testostérone depuis longtemps, sans rien essayer de faire.

Si vous aussi vous voulez réagir, signez la pétition. 

 

Les couilles du bac littéraire

gideRassurez-vous, je suis une femme très polie, plutôt discrète, patiente, et même douce. Mais à chaque fois que je suis en colère, je mets un gros mot dans le titre de mon article.

Et cette fois-ci, je suis très en colère. Vraiment. Pourquoi? Le nouvel auteur au programme de littérature en terminale L est André Gide, avec son roman Les faux monnayeurs. J’aime ce livre, avec sa mise en abyme, sa réflexion sur l’écriture. J’aime cet auteur qu’on avait tendance, c’est vrai, à oublier un peu. On peut même dire qu’il mérite d’être au programme. Ce n’est pas lui, le problème. Je suis même désolée que ma colère tombe sur Gide, qui n’y est pour rien, le pauvre.

Le gros souci, c’est que depuis 2O ans que j’enseigne au lycée, pas une auteure femme n’a été au programme de littérature en terminale L. Je ne demande pas la parité. Mais qu’il y ait au moins UNE femme en 20 ans, ce ne serait pas complètement fou, non??! Pour un type de classe composé en majorité de filles et des profs qui sont majoritairement des femmes, quel message subliminal veut-on nous faire passer? Duras, Mme de Lafayette, Ernaux, Yourcenar, non, elles n’existent pas??? Avec Bonnefoy, Jacottet, Quignard, la littérature contemporaine a souvent été à l’honneur. Mais avec de bons chromosomes Y. Les mêmes que ceux de la majorité de nos inspecteurs.

Pour les programmes de l’agrégation, de Normale Sup, pas de problème, on n’oublie pas complètement les femmes. J’ai travaillé sur Duras en khâgne, mes collègues ont composé sur Yourcenar à l’agrégation interne cette année… Pourquoi alors ce problème d’excès de testostérone précisément en terminale, au bac littéraire? Que veut-on nous signifier symboliquement? L’impossibilité de devenir artiste?

Si encore personne n’avait jamais signalé le problème… On pourrait penser à une maladresse, un petit oubli qui tiendrait à une forme de négligence étourdie, puisqu’un seul auteur change chaque année, dorénavant. (Même si le problème était le même quand nous avions 4 oeuvres à étudier par an!). Une élève de terminale elle-même avait lancé il y a deux ans une pétition sur ce sujet, qui avait eu un grand retentissement. Car en plus, à l’époque, avec l’oeuvre d’Eluard et de Man Ray, Les Mains libres, nous avions au programme un recueil présentant une image de la femme qui pouvait poser question. http://rue89bordeaux.com/2014/08/petition-place-aux-femmes-les-programmes-scolaires/

Je pense qu’on peut en lancer une à nouveau. Il n’y a pas que les élèves qui en ont marre. Il y a les profs aussi. Cliquez ici pour trouver le lien avec cette pétition. Plus on sera de signataires, plus nos arguments pourront être entendus!

louisette

Poétique de l’erreur

Les erreurs de lecture – ou ce que nous appelons erreurs- sont finalement tellement poétiques… Ces dernières semaines, j’en ai rencontré pas mal. Le roseau si prétentieux face au chêne qui ne va pas céder, Baudelaire qui invite son fils et sa soeur en voyage (“Mon enfant, ma soeur”)… Une autre réalité du texte se crée, un sens contraire et caché se révèle, parfois comique, et nous voici surpris. Au delà de la consternation attendue du pédagogue, de la stupeur du prof qui juge, que je suis vraiment en train de dépasser, je deviens sensible à une véritable esthétique de l’erreur, qu’il conviendrait de développer. L’erreur a son génie.

A la fin d’une journée d’examen, ce que les profs se racontent, ce qu’ils ont avant tout retenu, ce sont souvent les “perles” des élèves. Et si le sens de ce mot “perles” n’était pas si ironique? J’ai toujours détesté ceux qui gloussent et manifestent un plaisir suspect quand ils étalent les imperfections de leurs élèves comme s’ils avaient des choses à prouver, comme s’ils avaient besoin de ça pour asseoir leur propre légitimité. Mais on peut aussi y percevoir une sorte de fascination pour ceux dont la pensée tordue a exprimé, dans une sorte de fulgurance, un propos détonnant. L’élève qui a dit une bêtise n’est-il pas plus intelligent que celui, qui nous a servi le plat bien tiède de sa leçon clé en main? C’est à voir… Celui qui a essayé de penser par lui-même et en tire un objet inédit, absurde, drôle ou tragique, a tout mon respect de professeur.

Se tromper, c’est un voyage: il y a même un mot qui croise les deux notions, c’est “errer” (un mélange d’ERRARE -se tromper- et d’ITERARE – voyager). Ceux qui se trompent, ne nous en moquons pas, mais voyageons un peu avec eux sur les sentiers escarpés de leurs intelligences non formatées.

Il faudrait faire une sorte de musée des plus belles erreurs, souvent bafouées, méprisées, auxquelles on redonnerait toute leur dignité d’objet d’art. Je ne veux pas parler d’un bêtisier ordinaire destiné aux rires gras, mais vraiment d’un endroit où l’on consignerait les dérapages de la raison, les petits délires singuliers de nos cerveaux effervescents, les fruits tordus de notre ignorance. On en prendrait soin sous des vitrines éclairées, sur des petits coussins de velours. Il y aurait des figures géométriques bancales mais très jolies, des contresens sur des poésies qui en deviendraient surréalistes malgré elles, des cartes du monde qui dessineraient une nouvelle planète, des anachronismes qui bousculeraient l’histoire, des tournures lexicales jamais vues, de toute beauté. Et c’est de la tendresse qu’on ressentirait avant tout en visitant ce lieu.

Bien sûr, je ne vais pas me mettre volontairement à apprendre des erreurs à mes élèves. Mais j’espère ne jamais leur enseigner qu’il n’y a qu’une vérité.

Cartes-marines-et-monstres-marins-1-1140x461